Comment prévenir le paludisme chez la femme enceinte?

La méfloquine (Lariam) et l’association atovaquone + proguanil (Malarone) peuvent être prescrites aux femmes enceintes en cas de séjour inévitable dans les zones où cette association est recommandée.

Comment prévenir le paludisme chez une femme enceinte ?

La méfloquine, médicament antipaludique, est efficace pour la prévention du paludisme chez les femmes enceintes.

Comment savoir qu’une femme enceinte a le paludisme ?

Les troubles cliniques du paludisme congénital peuvent apparaître plusieurs mois après la naissance : hépato-splénomégalie, ictère, pâleur et anémie hémolytique. Un retard de croissance pondérale est souvent retrouvé. Le pronostic est favorable sous traitement rapide.

Quel antipaludéen pour une femme enceinte ?

L’utilisation de la méfloquine à titre curatif est réservée chez la femme enceinte au traitement des accès simples de paludisme, en cas de contre-indication à la quinine, ou en cas de résistance du plasmodium à la quinine.

Quels sont les conséquences du paludisme chez la femme enceinte ?

Les complications du paludisme grave pendant la grossesse sont : Hypoglycémie (plus fréquent) Œdème pulmonaire (more fréquent) Problèmes obstétricaux (fréquent)

IL EST INTERESSANT:  Réponse rapide: Comment part une allergie?

Quels sont les premiers symptômes du paludisme ?

Le paludisme débute par une fièvre 8 à 30 jours après l’infection, qui peut s’accompagner – ou non – de maux de tête, de douleurs musculaires, d’un affaiblissement, de vomissements, de diarrhées, de toux.

Est-ce que le paludisme est contagieux ?

Le paludisme est-il une maladie contagieuse? Non. Le paludisme ne se répand pas d’une personne à une autre comme le rhume ou la grippe ; par ailleurs, il n’est pas sexuellement transmissible.

Quelle est la prise en charge du paludisme chez la femme enceinte ?

Traitement du paludisme chez la femme enceinte Tout cas de paludisme chez la femme enceinte est considéré comme paludisme grave est pris en charge comme tel. Au premier trimestre : La quinine en perfusion pendant au moins 24 heures suivi d’un relais oral avec la quinine jusqu’à 7 jours.

Qu’est-ce qui cause le paludisme ?

Le paludisme est dû à des parasites du genre Plasmodium transmis à l’homme par des piqûres de moustiques femelles de l’espèce Anopheles infectés, appelés « vecteurs du paludisme ». Il existe cinq espèces de parasites responsables du paludisme chez l’homme, dont deux – P.

Quel est le traitement contre le paludisme ?

Différents médicaments (Malarone, Lariam, Nivaquine) permettent de limiter le risque de contamination. Sur place, il faut aussi respecter les gestes de protection contre les moustiques (répulsif, moustiquaire…). Dans beaucoup de pays tropicaux, le paludisme est la crainte des voyageurs et l’ennemi des locaux.

Quels sont les médicaments interdits aux femmes enceintes ?

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (tels que l’ibuprofène ou le kétoprofène) et l’aspirine à forte dose (dose supérieure à 500 mg par jour) sont formellement contre-indiqués pendant les 4 derniers mois de la grossesse.

IL EST INTERESSANT:  Ta question: Quel médicament pour polyarthrite rhumatoïde?

Comment administrer la quinine ?

L’administration de quinine par voie intramusculaire est recommandée lorsqu’une perfusion IV n’est pas possible.

  1. Administrer la quinine par voie IM sur la face antérieure de la cuisse pour éviter de léser le nerf sciatique.
  2. La dose de quinine IM doit être divisée en deux, soit 10 mg/kg dans chaque cuisse.

Quel médicament pendant l’allaitement ?

Le célécoxib, le flurbiprofène et le naproxène sont considérés “compatibles avec l’allaitement“. Toutefois “un usage prolongé du naproxène n’est pas conseillé”, des cas d’hémorragies gastrointestinales ayant été recensés.

Quelles sont les conséquences du paludisme ?

Les principales complications du paludisme

Les décès dus au paludisme sont, dans la majorité des cas, la conséquence de complications. Dans le cas du neuropaludisme, on observe une atteinte cérébrale caractérisée par un délire, une perte de connaissance, un coma, voire le décès de la personne infectée.

Quelle est la physiopathologie du paludisme ?

D’un point de vue physiopathologique, l’accès grave serait associé à un phénomène de séquestration des globules rouges parasités qui adhèrent aux cellules endothéliales de l’hôte (cytoadhérence) ou aux globules rouges non parasités (rosetting) via des structures appelées « knobs » situées à la surface du globule rouge …

Blog immunologiste